L'actualité à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, La Ciotat, Martigues, Vitrolles, Istres, Salon et dans toute la métropole
> Marseille

Partenariat public-privé dans les écoles : les raisons pour lesquelles la Ville de Marseille « ne reculera pas »

Partagez

Le partenariat public-privé pour la rénovation des écoles marseillaises continue d’être source d’inquiétudes. Si le maire Jean-Claude Gaudin, dit « entendre les préoccupations » la Ville ne reculera pas ; même si elle reçoit enfin le collectif « Marseille contre les PPP »  ce vendredi 22 juin, à l’Hôtel de Ville.

Le plan Ecole Avenir de la Ville de Marseille est un sujet qui fâche ! Le choix de la Ville de recourir à un accord cadre de marché de partenariat public-privé (PPP) concernant la rénovation des écoles marseillaises est (toujours) loin de faire l’unanimité. Face à la levée de bouclier des parents d’élèves, des architectes, des professionnels du bâtiment, des petits entreprises, du collectif citoyen « Marseille contre les PPP »… et même après les premières auditions des députés LREM (celle de Jean-Claude Gaudin avait lieu le lundi 18 juin), la Ville est affirmative : elle « ne reculera pas ». Tels sont les mots de Jean-Claude Gondard, directeur général des services (DGS) de la Ville de Marseille, confiés en aparté à quelques journalistes.

La polémique, née à l’automne 2017, s’est forcément invitée à la conférence de presse « sur les nouveautés de la rentrée scolaires 2018/2019 », jeudi 21 juin. Le maire LR de la cité phocéenne, Jean-Claude Gaudin, assume cette procédure PPP qu’il juge « plus rapide et plus efficace pour arriver au résultat que nous souhaitions, à savoir, la démolition de 28 établissements de type « Geep », la reconstruction de 28 nouveaux établissements scolaires et la construction de six écoles neuves ». S’il dit « entendre les préoccupations », elles sont pour lui, comme pour son DGS, le fruit de « beaucoup de contresens », au premier rang desquels la privatisation des écoles. « C’est faux, elles vont rester sous la propriété publique », martèle Jean-Claude Gondard, ajoutant « avoir conscience que ce sujet nécessite des discussions ».

Le (contre)-exemple du stade Vélodrome

Mais qu’on ne lui parle pas du PPP du stade Vélodrome pour démontrer que la Ville fait fausse route, car c’est pour lui « l’exemple absolu de la super réussite, fait dans les délais, au prix fixé. Il rapporte 12 millions d’euros de redevance garantie par l’exploitant, et ça rapporte à la Ville ». Un « exemple » pourtant régulièrement remis en cause ; dernièrement encore par le patron de l’OM, Jacques-Henri Eyraud ayant vivement critiqué les aléas qui découlent de ce contrat. Et pourtant… « Rien ne nous conduit à penser qu’on se trompe, reprend le haut fonctionnaire. On a tout vérifié, y compris à travers les analyses financières les plus poussées et en liaison avec le ministère des Finances local et national ».

 Qu’il le prouve ! @jcgaudin, Monsieur Gondard, avez-vous lu le rapport de la @Courdescomptes, qui déplore le coût élevé des #PPP (entre autres conséquences dramatiques) ? #teamarchi @Architectes_org https://t.co/TMBWvJqX2z

D’autant que le choix du PPP n’est pas une question d’ordre financier. Marseille aurait pu opter pour la maîtrise d’ouvrage public (MOP), avec un emprunt, soit classique ; soit avec une mise de fonds importante, mais le PPP « est la meilleure solution », assure le DGS, « car c’est une réponse globale en terme de performances, plus rapide, moins risqué, les bâtiments seront également mieux entretenus ». C’est aussi une manière de répondre aux enjeux de l’école de demain incluant la dimension d’innovation : « En mettant sous tension les très grands groupes qui sont en train de gamberger comme des fous pour inventer l’école du futur, on aura un autre résultat que si on avait 34 écoles prises une par une, avec 34 architectes, et 34 procédures et 34 surcoûts partout ».

Le dernier grand chantier de l’ère Gaudin

La Ville ne reculera pas, non plus, car il s’agit de l’un des derniers – voire LE dernier – grand chantier de l’ère Gaudin. Lui-même avait qualifié ce programme d’un milliard d’euros sur 25 ans, de « plan Marshall qui n’a aucun équivalent ni dans l’histoire de la ville de Marseille, ni dans aucune autre ville », souhaitant que ce dossier soit « énergiquement lancé avant la fin de son mandat », confie Jean-Claude Gondard. Pas question donc pour le maire de faire machine arrière, malgré les recours en justice. « Nous verrons s’ils aboutissent à quelque chose, mais nous on applique des lois », se défend son bras droit. Et ce n’est pas non plus les auditions des parlementaires LREM des Bouches-du-Rhône, auquel le maire s’est soumis sans sourciller qui vont l’inquiéter. « Les députés apprennent leur métier et ils ont raison de s’informer parce que c’est compliqué, ce dossier est d’une haute technicité », souligne M.Gondard. Pour la députée Cathy Racon-Bouzon, il faudra pourtant « des garde-fous posés de manière contractuelle avec des assurances que les écoles pourront évoluer dans le temps » (voir son interview vidéo dans notre émission « Questions de politique »).

Le projet alternatif porté par le collectif « Marseille contre les PPP »

Un point de vive inquiétude pour le collectif « Marseille contre les PPP ». Un accord avec une multinationale reviendrait à être « pieds et poings liés pour une durée de 25 ans, sans pouvoir effectuer des modifications, comme simplement ajouter une cloison dans une classe, sans que cela ne demande des mois de bureaucratie », exprime Pierre-Marie Ganozzi, de la FSU13, évoquant le fameux PPP du Vélodrome justement. Après trois mois de sollicitations, une délégation sera reçue vendredi 22 juin à l’Hôtel de Ville. Le collectif estime que la Ville n’a pas été confrontée à « de véritables arguments ». « Ce PPP ne concerne que 10% des groupes scolaires, il en manque 90% soit seulement 34 écoles sur les 440 de la ville. Nous demandons un véritable audit sur la totalité des écoles pour voir quels sont les vrais besoins, des écoles, des élèves, des familles… ». Le collectif travaille d’ailleurs sur un « projet alternatif », avec l’ordre des architectes Paca. Celui-ci consiste à élaborer un chiffrage précis des rénovations par école, « au lieu d’envisager purement et simplement la démolition et reconstruction », explique le délégué FSU. L’expérience est menée sur une école près… du stade Orange Vélodrome. Les résultats devraient être connus à la rentrée. Ce projet vise aussi à solliciter un prêt spécifique de l’Etat à taux zéro et la mobilisation de fonds européens.

Dans ce bras de fer, le groupe socialiste qui avait dénoncé ce plan « d’Armagedon budgétaire », demande au maire de renoncer à ce « montage baroque ». Benoît Payan, président du groupe estime que « ce projet de PPP privera l’économie locale de plus d’un milliard d’euros de commande publique, et rendra impossible toute évolution des écoles pendant plus de 25 ans ! La gabegie et la rigidité du PPP du Vélodrome auraient pourtant dû nous servir de leçon. » 

Liens utiles. 

> PPP dans les écoles : le Conseil régional de l’ordre des architectes poursuit son action en justice contre la ville de Marseille
Reconstruction des écoles à Marseille : le PPP à 1,4 milliard d’euros fait débat au conseil municipal

Auteur

Votre avis nous intéresse, réagissez à cet article

La métropole d'Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016. Vous ne vous sentez pas concerné ? Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Martigues, Istres, Salon-de-Provence... si vous avez l'habitude de passer d'une ville à l'autre, vous êtes peut-être plus métropolitain que vous ne le pensez. Pour le savoir, faites le test !

Choisissez parmi les 93 communes de la métropole

0%
[ 1 / 11 ] Où habitez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

 
[ 2 / 11 ] Où travaillez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 3 / 11 ] Où faites-vous du sport ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 4 / 11 ] Où sortez-vous le week-end ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 5 / 11 ] Où sortez-vous en semaine ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 6 / 11 ] Où habite votre famille ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 7 / 11 ] Où vous baignez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 8 / 11 ] Où allez-vous au cinéma ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 9 / 11 ] Où allez-vous au restaurant ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 10 / 11 ] Où vous ressourcez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 11 / 11 ] Où sont scolarisés vos enfants ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.