L'actualité à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, La Ciotat, Martigues, Vitrolles, Istres, Salon et dans toute la métropole
> Marseille

Croisières : le port transforme son terminal pour atteindre les 2 millions de passagers

Partagez

Parti de rien il y a vingt ans, le port de Marseille s’est hissé au 4e rang européen du marché de la croisière. Les opérateurs du terminal s’engagent dans une nouvelle vague d’investissements de plus de 10 millions d’euros pour dépasser la barre symbolique des 2 millions de passagers.

Il y a soixante ans, les bateaux venaient y décharger des fruits et légumes venus des quatre coins du monde. Les victuailles exotiques s’entassaient sous les hangars du môle Léon Gourret en attendant d’être redistribuées dans tout le pays. Aujourd’hui, les cargos ont cédé la place aux navires de croisières qui transportent chaque année des millions de touristes autour de la Méditerranée. Italiens, chinois, américains… un flot nouveau de vacanciers de toutes nationalités arpentent désormais les rues de la ville depuis le développement de cette activité en croissance continue depuis plus de vingt ans. 

De 18 000 passagers en 1996, le port a désormais dépassé les 1,5 millions et vise la barre des 2 millions en 2020. Au premier rang des ports français et quatrième au niveau européen, Marseille rivalise aujourd’hui avec les plus grandes escales mondiales. « Au printemps de cette année, on aura des chiffres comparables à Miami », se félicite, le président du club de la croisière Marseille-Provence, Jean-François Suhas. Pour atteindre ce résultat, le port n’a cessé de courtiser les armateurs pour les convaincre de jeter l’ancre dans la rade marseillaise. En 1996, le premier d’entre eux, Costa, accepte de faire escale dans le port. Il est rapidement rejoint par les autres grandes compagnies du secteur. La machine est lancée. En 2003, le port construit une gare maritime pour les croisières de plus de 6 000 mètres carrés et engage d’importants travaux d’élargissement des passes et d’agrandissement des quais pour accueillir des bateaux toujours plus gros. En 2007, une nouvelle étape est franchie avec l’appel d’offres remporté par Costa, MSC et Luis Cruises (qui a revendu ses parts aux deux autres depuis) pour la gestion des terminaux de croisières rebaptisés pour l’occasion « Marseille Provence Terminal Cruise » (MPCT). Les mastodontes du secteur ont dépensé 8 millions d’euros pour disposer pendant 25 ans de cet équipement en pleine expansion. Les privés prennent ainsi le relais des investissements sur le môle Léon Gourret qui dispose de 20 hectares de terrain. « Marseille est la porte d’entrée du marché français sur la Méditerranée. C’est un choix stratégique pour nous », explique Georges Azouze, le président de Costa Croisières. Depuis 2009, les actionnaires de MPCT ont investi 10 millions d’euros pour développer les terminaux et annoncent dès maintenant le lancement d’une nouvelle vague de dépenses encore plus importante.

Un nouveau terminal de 10 000 mètres carrés pour 2022

Après les terminaux A et B, MPCT s’apprête à aménager le hangar 23. Le nouveau bâtiment affichera la plus grande capacité d’accueil avec une surface de 10 000 mètres carrés contre respectivement 6 000 et 8 000 mètres carrés pour les deux autres. « Si on s’organise bien, on pourra y traiter jusqu’à 5 000 passagers », annonce Jacques Massoni, le directeur général de MPCT. Si le montage du projet est toujours en cours, il estime les dépenses nécessaires à ce chantier aux alentours de 10 millions d’euros. Les travaux devraient durer plus de trois ans mais l’opérateur est déjà en train de commander à un constructeur espagnol 6 à 8 passerelles pour améliorer sa capacité d’accueil des passagers sur l’ensemble des terminaux. Elles seront livrées dans un an et pourrait être opérationnelle avant la fin de l’année 2019. « Elles nous permettront notamment de marier deux terminaux, le A et le B par exemple, pour pouvoir gérer l’embarquement jusqu’à 6 000 passagers », explique Jacques Massoni. Le terminal devrait utiliser cette option l’année prochaine pour la venue du Symphony of the Seas de Royal Caribbean, le plus gros paquebot du monde avec une capacité de 6 296 passagers. Ce jeu de passerelle permettra également d’améliorer l’organisation des transferts de passagers avec une meilleure sécurité. Reliant les hangars entre eux et aux navires, les déplacements sur le terre-plein des croisiéristes pourront être évités pour un passage en toute sécurité.

Une croissance responsable face aux dangers de la pollution

Normalement, le port est calibré pour accueillir jusqu’à six paquebots en même temps mais « pour des opérations ponctuelles, nous pouvons aller bien au-delà jusqu’à 12 navires en passant des accords avec le Port », avance Jacques Massoni. Le potentiel de croissance du port est encore loin d’être atteint laissant encore une belle marge de manœuvre pour multiplier les escales et les départs de croisière avec Marseille en tête de ligne. Si 2017 a été une année de transition avec un léger recul du nombre de passagers, 2018 va repartir à la hausse avec 1,75 millions de personnes attendues. Les deux propriétaires du MPCT, Costa et MSC, sont en force cette année avec 315 départs prévus par 20 navires différents. Le nombre de passagers attendus pour les départs en têtes de ligne est en hausse avec 430 000 personnes. Cet afflux continu de touristes est une véritable manne financière pour la ville mais provoque une certaine inquiétude chez les habitants à cause de la pollution engendrée par les bateaux géants en rade de Marseille. Conscients du problème, la direction du port et les armateurs assurent travailler sur de nouvelles solutions pour réduire l’impact environnementale de la croisière. Parmi les pistes explorées, l’alimentation des navires au gaz naturel liquide. En septembre dernier, Costa a lancé la construction du Costa Smeralda, son premier bateau naviguant au GNL. Il sera au départ de Marseille en novembre 2019. La compagnie signera d’ailleurs une convention de partenariat avec le GPMM mardi 17 avril pour la promotion de l’accueil des navires au GNL, les branchements électriques à quai, le développement de la réparation navale et de la formation aux métiers du maritime. Son partenaire, MSC, a suivi le mouvement en commandant quatre nouveaux bateaux au GNL aux chantiers de STX à Saint-Nazaire qui devraient voir le jour à partir de 2022. Les branchements électriques à quai sont également une option étudiée par le port. Si la Méridionale et Corsica Linea ont déjà franchi le pas, l’aboutissement d’un projet pour la croisière n’est toujours pas à l’ordre du jour. « Il faut aligner les énergéticiens, les opérateurs, les armateurs… On doit arriver à un prix de l’énergie compétitif pour proposer une solution soutenable », prévient Jean-François Suhas, le président du club de la croisière. « Nous sommes évidemment pour une amélioration du respect de l’environnement mais il ne faut pas opposer écologie et développement économique. Ce sont des milliers d’emplois qui sont en jeu », rappelle-t-il.

310 millions d’euros de retombées économiques pour la région

La dernière étude de la Chambre de commerce et d’industrie estime que la croisière apporte 310 millions d’euros de retombées économiques par an et génère près de 2 000 emplois. Une véritable manne pour la ville et le port qui compte développer au maximum ses capacités d’accueil pour profiter à plein du filon. Le véritable enjeu, c’est de développer les départs avec Marseille en tête de ligne car c’est là que les passagers dépensent le plus, environ 150 euros par jour contre 69 euros pour ceux en transit, « surtout quand on sait qu’ils restent environ 3 jours sur la ville », explique Elisabeth Coquet-Reinier, déléguée à l’attractivité et au rayonnement touristique à la CCIMP. 

Auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Croisières : le port transforme son terminal pour atteindre les 2 millions de passagers – Massilia Mundi

Votre avis nous intéresse, réagissez à cet article

La métropole d'Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016. Vous ne vous sentez pas concerné ? Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Martigues, Istres, Salon-de-Provence... si vous avez l'habitude de passer d'une ville à l'autre, vous êtes peut-être plus métropolitain que vous ne le pensez. Pour le savoir, faites le test !

Choisissez parmi les 93 communes de la métropole

0%
[ 1 / 11 ] Où habitez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

 
[ 2 / 11 ] Où travaillez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 3 / 11 ] Où faites-vous du sport ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 4 / 11 ] Où sortez-vous le week-end ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 5 / 11 ] Où sortez-vous en semaine ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 6 / 11 ] Où habite votre famille ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 7 / 11 ] Où vous baignez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 8 / 11 ] Où allez-vous au cinéma ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 9 / 11 ] Où allez-vous au restaurant ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 10 / 11 ] Où vous ressourcez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 11 / 11 ] Où sont scolarisés vos enfants ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.