L'actualité à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, La Ciotat, Martigues, Vitrolles, Istres, Salon et dans toute la métropole
> Marseille

[Innovation sociale] 36 structures vont prendre leur quartier sur le site expérimental Coco Velten

Partagez

Coco Velten, le foyer expérimental pour les sans-abri mêlant activités économiques et culturelles devraient ouvrir ses portes au public début février. Les premières structures, sélectionnées dans le cadre d’un appel à candidature, vont s’installer sur le site dès la semaine prochaine.

Coco Velten prend forme. A deux pas de la porte d’Aix, dans le bâtiment de 4000 m2 mis à disposition par la Préfecture des Bouches-du-Rhône, les équipes s’activent pour accueillir les premiers arrivants. Ce lieu d’accueil, à dimension sociale, est né avec la démarche « Zéro SDF » porté par le laboratoire d’innovation public en Provence-Alpes-Côte d’Azur, le « Lab Zéro ». Porté par YesWe camp, en partenariat avec Plateau urbain et le Groupe SOS Solidarité, le projet a également été conçu comme un site culturel et économique, ouvert à tous. 

Coco Velten porte ainsi trois ambitions : favoriser l’implication en donnant la place aux citoyens qui veulent prendre part à l’aventure, favoriser l’ancrage local – un facteur clé de la réussite du projet – et enfin travailler sur le renouveau du travail social en misant sur accompagnement différent. Le parti pris : être dans l’occupation temporaire. Trois ans durant lesquels sont testés des modèles sociaux innovants. 

Un accompagnement adapté aux besoins

L’une des vocations de Coco Velten est d’accueillir des personnes sans domicile fixe, femmes, hommes de tout âge, seuls, en couple ou en famille, dès la sortie de rue. Cet hébergement sera une étape de transition et d’évaluation des besoins avant l’intégration d’un logement. 80 places sont dédiées à ces personnes. Elles seront logées sur deux étages en chambres individuelles, collectives ou familiales en fonction des situations de chacun. Les espaces sont modulaires pour mieux s’adapter. 

Grâce une équipe pluridisciplinaire, composée de spécialistes des milieux médicaux, sociaux et professionnels, ce public bénéficiera d’un accompagnement adapté à ses besoins et ses choix, tout au long de son parcours, indépendamment de son dispositif d’accueil. « Dès l’arrivée d’un nouveau ménage dans cet espace l’équipe se mobilisera pour lui permettre d’accéder au plus vite à un logement adapté à sa situation personnelle », explique le groupe SOS Solidarité, en charge de ce volet. « Une soixantaine d’appartements individuels, familiaux ou en colocation seront dédiés au service de logements accompagnés ». Le but est aussi de permettre à la personne de  construire son projet de vie global «en s’appuyant sur ses compétences propres ». 

hebergement

80 places sont dédiées aux sans domicile fixe. Elles seront logées sur deux étages en chambres individuelles, collectives ou familiales en fonction des situations de chacun. Photo N.K.

Un espace dédié aux acteurs de l’économie

Toutes ces personnes seront en contact avec l’autre vie de Coco Velten. Car si le volet social est au cœur du projet, Coco Velten est également un lieu de vie culturel et économique ouvert sur le quartier et ses habitants. Un espace de bureaux et d’ateliers est dédié aux acteurs de l’économie sous toutes ses formes. Pour investir les 850 m2 de locaux prévus à cet effet, un appel a candidature a été lancé le 17 septembre dernier par Plateau Urbain, partenaire du projet. Il a reçu 92 candidatures pour une demande totale d’occupation de 3500 m2, démontrant l’engouement pour le projet. 36 structures des secteurs de l’économie sociale et solidaire, de l’artisanat, de la culture… ont été sélectionnées, principalement pour leur cohérence avec le projet global. (voir encadré). Trois choix de locaux allant de 10 à 40 m2 sont ainsi mis à disposition pour les structures qui devront s’acquitter d’un loyer de 10€ le m2/mois. Les premières locataires poseront leurs valises dès le 17 décembre. 

bureau

36 structures des secteurs de l’économie sociale et solidaire, de l’artisanat, de la culture… ont été sélectionnées, pour investir 850 m2 de locaux. Photo N.K.

Donner naissance à d’autres Coco Velten sur le territoire 

Coco Velten est souvent comparé aux Grands Voisins, le site de Yes We Camp à Paris. Le défi est différent, à Belsunce, classé quartier prioritaire de la politique de la ville. Coco Velten veut se positionner comme une plateforme qui va venir donner de la place aux initiatives qui existent déjà dans le quartier. Des activités culturelles et citoyennes animeront donc les espaces ouverts à tous : cantine, salle de sport, théâtre… Dans cet environnement particulier, les interactions ne manqueront pas pour générer des effets positifs sur le parcours de personnes accueillies dans le cadre du projet social, et sur l’ensemble des occupants du lieu. 

Si Coco Velten est un projet expérimental, il se donne un devoir d’exemplarité. Une fois son efficacité prouvée, il pourra se dupliquer à l’échelle de la région Sud, en mobilisant du foncier vacant et en s’adaptant à d’autres lieux en attente de projet. 

Coco Velten est aussi un projet expérimental de part son modèle économique. Il fonctionne avec un tiers de financement public. Outre la participation de la  Préfecture, d’autres financeurs comme Euroméditerranée, la Métropole Aix-Marseille Provence, la Drac… devraient suivre. Les deux tiers restant sont de l’auto-financement grâce aux recettes générées au sein de Coco Velten et qui permettent de faire fonctionner le bâtiment : le loyer, la privatisation des salles, la cantine  Yes we camp prévoit aussi de faire appel à du mécénat pour les trois ans venir.  Les travaux sont encore en cours. Coco Velten doit ouvrir la partie hébergement le 18 janvier. L’ouverture au public est annoncée début février.

Repères 
Parmi les 36 futurs locataires de Coco 
Velten…  

On retrouve Ancrages, une structure déjà bien implantée dans le territoire marseillais. Elle propose une annexe de son centre de ressources documentaires sur le sujet de l’immigration et des actions de médiation culturelle (balades, expositions…). Marss (Mouvement et action pour le rétablissement sanitaire et social) s’installe également. L’équipe de l’AP-HM travaille avec les personnes qui vivent dans la rue avec des troubles psychiques, avec l’idée que le rétablissement est possible, et que l’accès à un chez-soi est un droit qui favorise le rétablissement. L’action de l’équipe est communautaire, directement auprès des personnes, dans la rue, avec les associations, les habitants. Elle lutte contre la stigmatisation et pour l’inclusion sociale. Son action est aussi expérimentale, avec plusieurs projets alternatifs liés au bien-être et au respect des droits.   

Autre pensionnaire : Pensons le matin. Un espace de réflexion et de débat citoyen qui questionne à la fois les conditions de la démocratie culturelle, les processus de gentrification et le droit à la ville pour tous. Les échanges sont nourris par des témoignages de chercheurs, d’acteurs associatifs et de citoyens, à partir de retours d’expériences urbaines, sociales et artistiques. Cet espace public de réflexions et d’échanges est gratuit et ouvert à tous.  

Tabasco Vidéo installe aussi ses quartiers à Coco Velten. L’association explore depuis plus de 10 ans le champ de l’audiovisuel participatif à Marseille et en Méditerranée. Il utilise les outils audiovisuels et numériques comme moyens d’expression et de médiation, afin de sensibiliser sur des enjeux de société, communiquer sur les valeurs de citoyenneté, susciter des débats et favoriser des dynamiques de changement. L’association développe des projets audiovisuels participatifs, accompagne des groupes à la réalisation audiovisuelle, réalise des films, propose des formations aux outils audiovisuels.

Lien utile. 
[French Impact] Coco Velten, le nouveau défi de mixité de Yes We Camp à Marseille

Auteur

Votre avis nous intéresse, réagissez à cet article

La métropole d'Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016. Vous ne vous sentez pas concerné ? Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Martigues, Istres, Salon-de-Provence... si vous avez l'habitude de passer d'une ville à l'autre, vous êtes peut-être plus métropolitain que vous ne le pensez. Pour le savoir, faites le test !

Choisissez parmi les 93 communes de la métropole

0%
[ 1 / 11 ] Où habitez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

 
[ 2 / 11 ] Où travaillez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 3 / 11 ] Où faites-vous du sport ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 4 / 11 ] Où sortez-vous le week-end ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 5 / 11 ] Où sortez-vous en semaine ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 6 / 11 ] Où habite votre famille ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 7 / 11 ] Où vous baignez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 8 / 11 ] Où allez-vous au cinéma ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 9 / 11 ] Où allez-vous au restaurant ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 10 / 11 ] Où vous ressourcez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 11 / 11 ] Où sont scolarisés vos enfants ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.