L'actualité à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, La Ciotat, Martigues, Vitrolles, Istres, Salon et dans toute la métropole
> Marseille

[Quartiers Nord] Le député Saïd Ahamada, l’homme pressé de la République en marche

0

De Marseille à Paris, depuis son élection à l’Assemblée nationale, Saïd Ahamada, député LREM de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône, occupe le terrain. Il impose son style, sa méthode, loin du politiquement correct, bousculant parfois son propre mouvement. Nous l’avons suivi durant quelques semaines, physiquement ou à distance. Ses priorités : politique de la ville, sécurité, formation, environnement, expérimentation des emplois francs à Marseille… Dans les pas d’un député en quête de résultats.

« J’ai un rêve… » Ces mots n’ont pas été choisis par hasard, ce mardi 7 novembre, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Ils font naturellement écho à ce célèbre « I have a dream » de Martin Luther King, prononcé le 28 août 1963. Saïd Ahamada s’inspirerait-il du pasteur noir américain qui rêvait d’une Amérique fraternelle où Blancs et Noirs seraient unis et libres ? Une chose est sûre : le député La République en marche de la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône a fait de la lutte contre les inégalités l’une de ses priorités. Son rêve est de voir les politiques de la ville disparaître. « Cela voudra dire que l’objectif de baisse des inégalités sociales et territoriales aura été atteint. »

C’était le sens de son intervention à l’attention de la ministre de la Cohésion des territoires, le 7 novembre, pour demander de rétablir le retour du droit commun sur les territoires. « Cette politique de la ville doit être réservée aux innovations, aux expérimentations et aux projets qui ont réussi ». La réussite, c’est justement ce qui rythme les pas de Saïd Ahamada. Homme pressé ? Un tantinet. Le gosse des quartiers Nord optimise son temps au maximum. Sa hantise, c’est d’en perdre. Il le dit lui-même : « J’ai l’impression de faire une semaine en deux jours, confie-t-il à la table du Comptoir Dugommier, où nous l’avions rencontré il y a quelques semaines. Une demi-heure montre en main. Je ne peux pas me permettre de perdre une heure ou une journée, si je peux rencontrer les habitants, rencontrer des institutionnels, les décideurs du territoire, travailler les dossiers… ». Mais il ne se plaint pas. L’ancien conseiller d’arrondissement arbore même un large sourire, qui tranche avec ce visage parfois fermé arboré durant la campagne des législatives.

La liste « trouble-fête »

Cette nouvelle mission au Palais Bourbon « l’enthousiasme », mais il n’est pas là pour jouer les marionnettes dont on tire les ficelles ou les faire-valoir. Avec son look à la Barak Obama, il entend marquer cette mandature de son empreinte et à sa manière, au risque parfois de bousculer son propre mouvement. C’est le cas avec la liste « Diversité des territoires » sur laquelle il figure. Elle marque la différence avec les trois autres listes en concurrence, pour composer le Bureau exécutif de LREM.

Suscitant quelques interrogations, certains en appellent même à un vote à bulletin secret pour éviter les pressions le jour du vote le 18 novembre à Lyon. Pour Saïd Ahamada cette liste résonne comme « la  volonté d’imposer une vision différente, plus autonome, garantir le débats d’idées. Ce serait salutaire pour Christophe Castaner et pour le mouvement », estime Saïd Ahamada, même s’il a parrainé le porte-parole du gouvernement pour le poste de délégué général du mouvement, (il est le seul candidat).

Conscient de ne pas détenir tous les codes que requiert la politique, le député Ahamada n’en fait pas un handicap. À la commission des finances où il siège, « où tout est souvent affaire de gros sous, on ne maîtrise pas forcément tous les codes, les aspects techniques, mais c’est pas plus mal, plaide le diplômé d’un master en finances. Aujourd’hui, ce n’est pas forcément d’experts dont on a besoin. On n’est pas directeur d’une administration centrale. (Il a quitté son poste de directeur général adjoint de la Ville d’Avignon NDLR) Si ce que je fais à la commission des finances n’est pas compris par tout le monde, ça n’a aucun intérêt. Les taux, le gel, le surgel…  Ce que que les Français veulent, c’est savoir si on aura les moyens de mener à bien telle ou telle politique publique. Est-ce qu’en matière de sécurité, de formation, de lutte contre le chômage, on met les moyens ou pas ! », lâche-t-il avec détermination.

Saïd Ahamada

Le député devant l’Ecole de la deuxième chance, lors de la visite de Muriel Pénicaud, le 13 octobre 2017, en discussion avec les syndicats, en réunion de travail avec Mounir Majhoubi, secrétaire d’Etat chargé du Numérique et mardi 14 novembre, aux Journées méditerranéennes sur la qualité de l’air du port.

« Les emplois francs » expérimentés à Marseille

Le chômage et la formation des jeunes, sont d’ailleurs deux de ses autres grandes priorités, confronté à cette problématique prégnante dans les quartiers Nord. Lors de la visite de Muriel Pénicaud, à l’Epide et à l’école de la deuxième chance, à Marseille, le 13 octobre 2017, il avait proposé plusieurs mesures. La ministre du Travail a d’ailleurs repris l’une d’entre elles. Celle de faire de Marseille « un laboratoire économique et social. Il y a ici un tel foisonnement associatif, tant d’entreprises en développement et une telle énergie dans les quartiers que je suis preneuse de l’idée », avait-elle déclaré. Une satisfaction pour le député, nouvellement contenté le mardi 14 novembre, avec l’engagement d’Emmanuel Macron d’expérimenter les emplois francs* à Marseille dès le 1er janvier 2018, « comme je l’avais demandé », ne manque pas de souligner l’élu. C’est une mesure forte pour relancer l’emploi dans les quartiers populaires ». S’il salue l’engagement, il n’en restera pas moins « vigilant » sur le sujet.

Il a d’ailleurs lancé un groupe de travail au sein du groupe La République en marche, « dont l’objectif est de travailler à une transformation en profondeur de la politique de la ville, pour lutter contre la ghettoïsation en organisant le retour de l’État dans nos quartiers ». Parce que l’autre enjeu, c’est la lutte contre la délinquance et la radicalisation, qu’il n’entend pas laisser sur le côté. De ces sujets aussi, qu’il a évoqués avec le préfet de police Olivier de Mazières, le même jour que notre interview, le néo-député en parle librement. 

La lutte contre la délinquance et la radicalisation

Ce jour-là au Comptoir Dugommier, à deux pas de la gare Saint-Charles, impossible de ne pas repenser à l’attentat qui a frappé Marseille, le dimanche 1er octobre 2017,  faisant deux victimes. Le constat que Saïd Ahamada et le préfet de police ont dressé ensemble, c’est qu’il y a un « terreau fertile à l’islamisme radical que sont les prisons, les établissements psychiatriques… évidemment il faut une meilleure prise en charge. Même si Marseille a été touchée, ce n’est pas un produit marseillais qui a assassiné ces deux jeunes filles. »

Pour lui, le système d’anticipation et de lutte contre la radicalisation,« fonctionne plutôt bien. On n’a pas de branche de radicalisation comme on peut en avoir à Lunel ou ailleurs… Le département, même s’il est touché, est plutôt épargné. C’est lié aux dispositifs mis en place avant les attentats de Nice. C’est également dû au fait qu’à Marseille, nous avons des Français musulmans solides sur les acquis. C’est-à-dire que l’islam est lié à la culture d’origine. L’un ne va pas sans l’autre ou difficilement, sauf pour les néo-convertis, et on voit les dégâts. Il y a moins de prises pour l’islamisme radical. Ça permet de se projeter facilement en France avec un islam respectueux. Il y a aussi beaucoup d’Algériens et de Français d’origine algérienne qui ont connu les attentats islamistes chez eux, et ils savent ce que c’est. » 

Les questions environnementales et après ?

Attentif à ces questions, en alerte sur les faits de société, sur les engagements de son mouvement, à l’actualité du territoire, Saïd Ahamada intervient régulièrement par voie de communiqué de presse, quand il ne se rend pas sur place. Lors de la grève des poubelles qui avait touché Marseille, en octobre 2017, il n’avait pas hésité à assigner la Métropole Aix-Marseille Provence en référé. Dans un autre registre, il a salué la décision de la CMA-CGM de naviguer au GNL. Saïd Ahamada semble être de tous les combats. L’environnement, c’est aussi l’une de ses préoccupations. Mardi 14 novembre, il s’est exprimé à l’occasion des Journée méditerranéennes de l’air des ports, organisée par Air Paca et Qualitair Corse ; pour tenter de faire reconnaître les émissions de soufre comme danger par l’Union européenne, avec pour objectif faire baisser le taux des carburants à 0,1% dès l’année prochaine. Un sujet sur lequel il travaille avec Nicolas Hulot.

Et demain ? À Paris ou Marseille, il n’entend pas lâcher le terrain de sitôt « et surtout ma circonscription ». Il ne s’est pas débarrassé du « poids des responsabilités » qui l’avait étreint le soir de sa victoire aux législatives. Il a donc à cœur de respecter le contrat avec celles et ceux qui lui ont fait confiance. Peut-il être l’une de ces « personnalités dynamiques », dont parle Christophe Castaner, capables de porter un projet LREM, en vue des municipales de 2020 ? Voire viser d’autres fonctions ? Saïd Ahamada y songe-t-il seulement ? Dans un petit coin de sa tête certainement… «L’important c’est de porter collectivement un véritable projet d’alternance, mais je reste concentré sur  mon mandat, mes priorités. Il y a suffisamment à faire, sans perdre de temps.»

* Les emplois francs qu’est-ce que c’est?
Lancé par François Hollande en 2013, le dispositif a été abandonné en 2014 puis relancé par Emmanuel Macron. L’objectif reste la baisse du taux de chômage dans les quartiers qui souffrent de cette problématique. « Lorsqu’une entreprise, où qu’elle soit située, embauchera un habitant des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) en CDI, elle bénéficiera d’une prime de 15 000 euros, étalée sur les trois premières années ». Une prime est également prévue pour les CDD de plus de 6 mois (2 500 euros par an, limité à deux ans).

Partagez

Auteur

Votre avis nous intéresse, réagissez à cet article

La métropole d'Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016. Vous ne vous sentez pas concerné ? Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Martigues, Istres, Salon-de-Provence... si vous avez l'habitude de passer d'une ville à l'autre, vous êtes peut-être plus métropolitain que vous ne le pensez. Pour le savoir, faites le test !

Choisissez parmi les 93 communes de la métropole

0%
[ 1 / 11 ] Où habitez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

 
[ 2 / 11 ] Où travaillez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 3 / 11 ] Où faites-vous du sport ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 4 / 11 ] Où sortez-vous le week-end ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 5 / 11 ] Où sortez-vous en semaine ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 6 / 11 ] Où habite votre famille ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 7 / 11 ] Où vous baignez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 8 / 11 ] Où allez-vous au cinéma ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 9 / 11 ] Où allez-vous au restaurant ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 10 / 11 ] Où vous ressourcez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 11 / 11 ] Où sont scolarisés vos enfants ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.