L'actualité à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, La Ciotat, Martigues, Vitrolles, Istres, Salon et dans toute la métropole

[Présidentielle] Ce soir, un débat inédit sous tous ses aspects

0

Le débat tant attendu de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle qui a lieu ce mercredi et qui oppose Emmanuel Macron et Marine Le Pen, est diffusé sur plusieurs chaînes. 

Le débat télévisé de l’entre-deux-tour, tel que celui qui oppose, ce soir, Emmanuel Macron à Marine Le Pen est depuis 1974 un moment fort des campagnes présidentielles et enregistrent des taux d’audience record.

Mise à part l’édition de 2002 -lors de laquelle Jacques Chirac avait refusé la confrontation face à Jean-Marie Le Pen, et depuis 1974, tous les entre-deux-tours présidentiels ont offert un débat historique, opposant les deux finalistes de l’élection française majeure. Le 10 mai 1974 le premier débat télévisé entre Giscard-Miterrand, est le point d’orgue de l’entre-deux-tours. La phrase « vous n’avez pas le monopole du coeur » de Giscard-d’Estain restera dans les annales. Arrivé en tête au premier tour, François Miterrrand est battu par Valéry Giscard d’Estaing le 19 mai, jugé par les Français à l’issue du premier duel télévisé de l’histoire, celui qui a « le plus l’étoffe d’un président de la République ». En 2007, place au premier duel homme-femme: Ségolène Royale-Nicolas Sarkozy qui a marqué par la colère de la candidate du parti socialiste. Enfin, en 2012, on retiendra du duel Hollande-Sarkozy, l’anaphore « Moi, président de la République ». 

Cette année, ce sont les candidats Emmanuel Macron (En marche !) et Marine Le Pen (Front national) qui sont face-à-face pour convaincre les téléspectateurs, attendus par millions. Le tirage a voulu que ce soit Marine Le Pen qui parle la première, et Emmanuel Macron qui s’exprime en dernier. Les deux finalistes occuperont chacun le côté d’une table plutôt imposante de 2,50 m, épurée dans les tons champagne. France Télévisions n’a pas osé franchir le pas des pupitres à l’américaine, « ce sera pour nos successeurs » a précisé Michel Field, directeur de l’information du groupe. Les candidats seront sur un plateau dont le décor en toile de fond sera une photo floutée de l’Elysée. Ce fut déjà le cas pour les deux derniers débats. Ils ont également choisi d’être assis plutôt que debout, pour des raisons de confort. Ils auront l’occasion de choisir entre plusieurs sortes de fauteuils lequel leur convient le mieux pour être à l’aise pour débattre. Par ailleurs chouchoutés, Monsieur Macron et Madame Le Pen ne devraient pas (trop) transpirer à l’antenne, puisque la température a été réglée à 19-20°C, sous l’oeil des 14 caméras du studio. Reste l’épineuse question des plans de coupe. Autrement dit voir un autre candidat à l’écran quand l’autre est en train de parler, voir leurs expressions… Autorisés ou pas ? Depuis 1981, à chaque débat de l’entre-deux-tours les candidats ont toujours refusé ces plans de coupe. Le réalisateur Tristan Carné ne serait pas contre une pointe de modernité. Cette question devrait être tranchée dans la matinée, mais les négociations ne semblent pas gagnées.

Ce soir, en plus du réalisateur officiel, deux autres seront en observation, chacun au nom d’un candidat pour veiller au traitement équitable.

Le débat est retransmis en direct sur TF1, France 2 et BFM TV, ce mercredi 3 mai 2017, à partir de 21h00. La confrontation devrait durer près de 2h30 et plus si affinités. Les deux aspirants présidents de la République échangeront sous la direction, et ce fut une surprise, de Christophe Jakubyszyn, directeur du service politique de TF1, et Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique de France 2. Dans un premier temps, le CSA avait en effet refusé que deux hommes, en l’occurrence Gilles Bouleau et David Pujadas, l’animent. Puis le Front national avait exclu l’idée de le confier à Anne-Claire Coudray, jugé plus proche du candidat Macron que de la candidate Le Pen. Les organisateurs du débat, TF1 et France 2, ont donc préféré choisir des visages moins familiers et moins affiliés aux finalistes de ce second tour. Les deux journalistes vont aborder douze thématiques avec les candidats, parmi lesquelles le chômage, le terrorisme, la sécurité, la santé, et le pouvoir d’achat. Un vrai défi pour ces chefs d’orchestre qui devront éviter les dérapages, incartades… ou ramener les candidats sur le droit chemin sans violence, ni agressivité mais avec fermeté, pour permettre aux deux candidats de s’affronter de manière la plus démocratique possible.

Aucun public sur ce plateau en revanche. Les candidats seront seuls face aux Français. Le débat, s’il ne fait pas l’élection, peut faire perdre un favori. A chaque fois, le gagnant du débat a remporté l’élection présidentielle.

Enfin, au niveau des audiences, l’histoire retient que les débats d’entre-deux-tours de 1974 (environ 25 millions de téléspectateurs), 1981 (30 millions), 1988 (30 millions), 1995 (16,78 millions); 2007 (20,46 millions) et 2012 (17,79 millions) ont réalisé parmi les plus hauts scores de la télévision française, et montre que cet événement reste un rendez-vous majeur de la vie politique et médiatique française. Même si Monaco joue en Ligue des Champions à la même heure sur beIN SPORTS, ce duel Macron-Le Pen devrait dépasser l’audience d’il y a cinq ans, Hollande-Sarkozy.

Après tout, pourquoi se priver d’un tel spectacle, offert tous les cinq ans ?

Quels sont les enjeux du débat de ce soir ? Pour Emmanuel Macron ? Pour Marine Le Pen ?

Dès l’annonce des résultats du 1er tour des élections, la plupart des candidats ont appelé à voter Emmanuel Macron pour faire barrage au Front National. Le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan en faveur de la candidate FN et l’accord de gouvernement passé, aura certes surpris mais définitivement ancré dans l’histoire, de fait, l’institutionnalisation et la républicanisation du parti d’extrême droite dans le paysage politique français. Au delà des enjeux, l’intérêt réside dans l’analyse de la production de sens du langage, la confrontation de ce soir, comme les résultats de Dimanche, exprimeront une nouvelle production sociale conflictuelle.

Depuis le début, même avant le 1er tour, Emmnanuel Macron a bénéficié du vote républicain. L’argument du barrage au Front National ayant été présenté comme un acte de responsabilité salvateur, il n’aura finalement pas eu besoin de faire campagne entre les deux tours. Désigné comme le représentant de l’oligarchie, ce soir, le candidat s’attachera à démontrer qu’il œuvrera collectivement, avec tous les français, « Ensemble » de manière non exclusiviste. Emmanuel Macron devra donc réussir à incarner et convaincre par le principe anti-utopique de responsabilité contractuelle.

Du côté de Marine Le Pen, après avoir fait campagne de manière assez virulente contre « l’oligarchie européenne », il est intéressant de relever que la sortie de l’Euro n’est plus prioritaire et que son discours reste chaque fois plus ancré dans une position nationaliste populiste caution de la préférence nationale : « Choisir la France ». Puisque la démocratie n’a aucun sens si le peuple est privé de Liberté, la mère-patrie s’érige en garante de valeurs fondamentales. Le vote républicain est désormais le rituel accepté dans toutes les élections françaises. Dimanche, les électeurs devront choisir entre le principe de responsabilité ou l’idéologie nationaliste populiste.

Virginie Tisserant, doctorante sur les nouvelles expressions politiques en Méditerranée au XXI ème siècle , Aix-Marseille Université, laboratoire Telemme CNRS

Partagez

Auteur

Votre avis nous intéresse, réagissez à cet article

La métropole d'Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016. Vous ne vous sentez pas concerné ? Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Martigues, Istres, Salon-de-Provence... si vous avez l'habitude de passer d'une ville à l'autre, vous êtes peut-être plus métropolitain que vous ne le pensez. Pour le savoir, faites le test !

Choisissez parmi les 93 communes de la métropole

0%
[ 1 / 11 ] Où habitez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

 
[ 2 / 11 ] Où travaillez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 3 / 11 ] Où faites-vous du sport ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 4 / 11 ] Où sortez-vous le week-end ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 5 / 11 ] Où sortez-vous en semaine ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 6 / 11 ] Où habite votre famille ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 7 / 11 ] Où vous baignez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 8 / 11 ] Où allez-vous au cinéma ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 9 / 11 ] Où allez-vous au restaurant ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 10 / 11 ] Où vous ressourcez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 11 / 11 ] Où sont scolarisés vos enfants ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.