L'actualité à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, La Ciotat, Martigues, Vitrolles, Istres, Salon et dans toute la métropole

Dominique Tian : « Je suis aussi là pour veiller sur les intérêts électoraux de Bruno Le Maire »

0

L’élection interne de l’UMP qui aura lieu le 29 novembre prochain suscite quelques inquiétudes. Comment le vote électronique va-t-il se dérouler ? Les intérêts électoraux des différents candidats seront-ils bien préservés ? Dans les Bouches-du-Rhône, la question agite les élus, dont la majorité a soutenu Nicolas Sarkozy. Avec en toile de fond, les soupçons d’irrégularités entre Fillon et Copé en 2012…

Les Bouches-du-Rhône ont la réputation d’être sarkozystes. Après les fédérations des Alpes-Maritimes, des Hauts-de-Seine et celle de Paris, c’est également la quatrième fédération UMP la plus importante, avec plus de 10 000 adhérents en 2012. Alors, forcément, les projecteurs risquent d’être braqués sur le département lors de l’élection de son président le 29 novembre prochain, à laquelle participent trois candidats : Bruno Le Maire, Hervé Mariton et bien sur, Nicolas Sarkozy.

Les trois prétendants ont chacun fait un saut par Marseille. Dernier en date, le jeudi 13 novembre : Bruno le Maire, soutenu dans les Bouches-du-Rhône par… un seul parlementaire. En l’occurence Dominique Tian, député de la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône, qui explique son choix : « J’ai toujours été proche de Bruno le Maire, avec lui les choses se sont toujours bien passées et je pense que c’est l’homme idéal pour la présidence de l’UMP. Il incarne le renouveau et pas l’ancien système », confie-t-il à GoMet’, alors que Nicolas Sarkozy est récemment venu rendre visite aux membres de la « Droite populaire », un courant de l’UMP créé en 2010 et dont l’objectif est de damer le pion au Front national.

« Il ne fallait pas que tout le monde soit pour Sarkozy »

Derrière le discours convenu, Dominique Tian lève aussi le voile sur les véritables raisons de son soutien, alors qu’il parait plus proche des propositions de l’ancien chef de l’État : « Incontestablement, la Droite populaire est plus du côté de Nicolas Sarkozy que de Bruno le Maire, admet-il, en évoquant notamment la proposition de Nicolas Sarkozy de supprimer l’Aide Médicale d’État (AME). Mais il faut aussi que tous les militants du département soient représentés. Il ne fallait pas que tout le monde soit pour Sarkozy. J’en ai discuté avec Jean-Claude Gaudin (qui dirige la fédération UMP des Bouches-du-Rhône, ndlr) et je me suis un peu dévoué ! ».

Au sein de la fédération, de nombreux courants sont en effet très favorables au retour de Nicolas Sarkozy. Et ne voient pas de problème à ce qu’il revienne par le biais de l’UMP, qui paraissait jusqu’ici un retour vers le bas : « Soutenir Nicolas Sarkozy dans cette élection, c’est le choix du pragmatisme, convainc Philippe Memoli, premier adjoint UMP des 4/5e arrondissements de Marseille et responsable des jeunes actifs 13. Le paysage politique est en pleine tempête, notre famille politique est plus que jamais divisée : nous avons besoin d’un capitaine pour tenir la barre ! ».

Mais les deux parties le jurent, il ne s’agit pas d’un affrontement à couteaux tirés. Tout le monde a encore en tête le duel fratricide entre François Fillon et Jean-François Copé, qui avait couté très cher à l’UMP en novembre 2012, sur fond de bourrages d’urnes et de fausses procurations : « Le patron de l’UMP est avant tout un organisateur, qui doit mettre de l’ordre dans ce qui doit devenir une machine de guerre électorale », poursuit Dominique Tian. « Je suis convaincu qu’il faut refonder la droite et créer un rassemblement le plus large possible : c’est ce que Nicolas Sarkozy propose, répond Philippe Mémoli. Nous avons besoin d’une opposition forte et aujourd’hui c’est le seul dont la parole politique est audible ».

Des inquiétudes sur le bon déroulement du scrutin

Mais en toile de fond, des inquiétudes sur le bon déroulement du scrutin persistent : « Je suis aussi là pour veiller sur les intérêts électoraux de Bruno le Maire », explique Dominique Tian. D’autres, comme Jean-Luc Rica, ancien adjoint des 6/8e arrondissements, soutiennent par exemple Hervé Mariton, avec le même objectif. « Pour les équipes nationales des candidats, c’est important de savoir qu’on fera le job », explique-t-on dans les staffs de campagne. En 2012, François Fillon craignait déjà que des irrégularités puissent avoir lieu dans les Bouches-du-Rhône, plutôt acquises à son adversaire de l’époque Jean-François Copé. « La transparence et la représentativité seront respectées, conformément aux lois électorales », jure-t-on à la fédération UMP 13. Celle-ci sera d’ailleurs « ouverte » et « tout sera mis en place pour faciliter le bon déroulement de cette élection ».

Mais que redoutent les candidats ? Jusqu’ici, la campagne s’est déroulée dans de bonnes conditions, presque feutrée par rapport à la précédente. 450 personnes étaient présentes au meeting de Bruno le Maire à Marseille. Jean-Claude Gaudin, soutien de Nicolas Sarkozy, s’est même mis à table autour d’un café avec l’ancien ministre de l’Agriculture. En coulisses, tout le monde est très attentif au déroulement du vote. Mercredi 19 novembre, une réunion de calage à eu lieu à Paris sur l’organisation du scrutin. Le vote électronique est au cœur des préoccupations : « Attendons de voir comment ça se passe techniquement. C’est à la fin de la fête qu’on sait si elle est réussie… », prévient Tian. Une fête où 280 000 votants sont appelés à départager les trois candidats.

Fin octobre, un représentant de la société Paragon, sélectionnée pour gérer la sécurité du vote électronique, a été auditionné par les représentants des trois candidats. La société a même rédigé une note pour détailler les mesures de sécurité, détaillait La Croix. Le fichier des adhérents fut également au coeur des débats autour de la Haute autorité chargée de surveiller le scrutin, placée sous l’autorité d’Anne Levade. Le décompte des résultats département par département, demandé par Bruno le Maire et Hervé Mariton, a été refusé.

« Nicolas Sarkozy mise tout sur cette élection »

Pour le politologue Thomas Guénolé, interrogé sur Le Figaro, « il demeure dommage de n’avoir pas prévu d’emblée d’avoir les résultats par fédération d’attache des adhérents. Cela aurait en effet permis de repérer deux indices de tricherie ». En l’occurence un taux de participation très supérieur à la moyenne dans un département et, le cas échéant, un score très supérieur à la moyenne dans ce département pour l’un des candidats. Sans ces indicateurs, difficile de retracer les parcours des votes et la participation des différentes fédérations. La traçabalité reste donc en suspens…

Si tout le monde espère que le scrutin ait lieu dans les meilleures conditions, Nicolas Sarkozy est clairement celui qui joue le plus gros dans cette histoire. Bruno le Maire a prévenu dans le JDD : « Nicolas Sarkozy mise tout sur cette élection. En dessous de 80%, c’est le signe qu’il a loupé son départ. Ce serait une contre-performance ». Dans l’équipe d’Alain Juppé, futur adversaire de Sarkozy à la primaire UMP de 2016, on ne pense pas autrement.

 

(Crédit photo : Wikipedia/Karim Adda)

Partagez

Auteur

Votre avis nous intéresse, réagissez à cet article

La métropole d'Aix-Marseille-Provence doit voir le jour le 1er janvier 2016. Vous ne vous sentez pas concerné ? Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Martigues, Istres, Salon-de-Provence... si vous avez l'habitude de passer d'une ville à l'autre, vous êtes peut-être plus métropolitain que vous ne le pensez. Pour le savoir, faites le test !

Choisissez parmi les 93 communes de la métropole

0%
[ 1 / 11 ] Où habitez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

 
[ 2 / 11 ] Où travaillez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 3 / 11 ] Où faites-vous du sport ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 4 / 11 ] Où sortez-vous le week-end ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 5 / 11 ] Où sortez-vous en semaine ?

3 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 6 / 11 ] Où habite votre famille ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 7 / 11 ] Où vous baignez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 8 / 11 ] Où allez-vous au cinéma ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 9 / 11 ] Où allez-vous au restaurant ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 10 / 11 ] Où vous ressourcez-vous ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.

  
[ 11 / 11 ] Où sont scolarisés vos enfants ?

1 choix maximum. Saisir les premières lettres pour avoir des propositions.